« Le Maroc et le Front Polisario continuent à penser le conflit comme dans les années 1970 ou 1980″

23 mai 2014
Par
La spécialiste du Maghreb, Khadija Mohsen-Finan

La spécialiste du Maghreb, Khadija Mohsen-Finan

 

Spécialiste du Maghreb, Khadija Mohsen-Finan est chercheure associée à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et une très bonne connaisseuse du conflit du Sahara occidental. Au lendemain du vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur ce dossier, elle livre à Nouvellesdusahara.fr son analyse de la situation actuelle. Pour cette universitaire, si la communauté internationale veut contribuer à trouver une issue à ce conflit, « il faut poser les bonnes questions et inciter les acteurs à proposer de vraies réponses ».

Nouvellesdusahara.fr :

Le 29 avril, le conseil de sécurité de l’ONU a approuvé à l’unanimité le renouvellement du mandat de la MINURSO. Le fait marquant des débats qui ont entouré ce vote est le rejet d’étendre ce mandat en y incluant un mécanisme de surveillance des droits de l’homme, comme le réclament à la fois des associations (non reconnues) sahraouies, plusieurs pays (comme l’Algérie, le Royaume-Uni, les USA l’an dernier) et des ONG internationales.

Comment analysez-vous cette décision alors que ce « monitoring » est présenté comme un moyen de faire évoluer le dossier et alors que l’impasse est dénoncé de toutes parts ?

 

Khadija Mohsen-Finan :

La question des droits de l’homme est en effet très importante. Elle révèle deux facteurs qu’il faut nécessairement prendre en compte dans l’évolution du conflit.

D’une part, depuis 1999, les Sahraouis revendiquent différemment. Bien avant ce qu’on appelle le « printemps arabe », ils ont puisé dans un nouveau registre référentiel, celui des droits de l’homme, des libertés individuelles et politiques et de la légalité internationale. Ce mode de revendication est devenu le leur, que ce soit en 2005, en 2009 avec l’affaire Aminatou Haïdar (Note de Nouvellesdusahara.fr : refus par le Maroc de laisser la militante revenir chez elle à El Ayoun, après qu’elle ait écrit « Sahraouie » devant la case « Nationalité » de sa fiche de renseignements, et grève de la faim suivie par cette même militante dans l’aéroport de Lanzarote aux îles Canaries) et après, chaque fois qu’il y a des manifestations.

D’autre part, après les révolutions qui se sont produites dans le monde arabe en 2011, la communauté internationale ne peut plus fermer les yeux sur le traitement des droits de l’homme. Pour preuve, le langage des Nations Unies a changé. Dans le rapport du Secrétaire Général de l’ONU en 2012, Christopher Ross, l’envoyé spécial du SG, mentionnait la nécessité de prendre en compte le « peuple du Sahara » (Note de Nouvellesdusahara.fr : et non plus « la population du Sahara occidental », comme dans le rapport d’avril 2011, point 118).

En introduisant ce concept, le rapport essayait de briser le côté figé de la situation en la plaçant dans la dynamique du « printemps arabe ».

Compte tenu de cela, le conflit du Sahara ne doit plus revêtir cet aspect exceptionnel qui était le sien. En effet dans tous les conflits, les missions de l’ONU sont dotées de prérogatives au niveau des droits de l’homme, à l’exception de la Minurso.

 

Lors du séjour en août 2012 de la délégation de l'ONG Center Robert F. Kennedy. Crédit : Center Robert F. Kennedy for Justice and Human Rights

Lors du séjour en août 2012 de la délégation de l’ONG Center Robert F. Kennedy. Crédit : Center Robert F. Kennedy for Justice and Human Rights

 

Nouvellesdusahara.fr :

L’argument principal pour justifier ce rejet est l’opposition du Maroc et l’action du royaume à travers la création du CNDH fin 2011.

Que pensez-vous de cet argument alors qu’on peut noter que le secrétaire général de l’ONU lui-même doute de l’efficacité d’une telle instance ?

Ce dernier a demandé dans le rapport d’avril 2013 la « surveillance » des droits de l’homme et avait préalablement réitéré la préconisation directe d’un « mécanisme » dans son rapport d’avril 2014, avant de supprimer le mot et de se contenter de demander la mise en place d’un « contrôle », indépendant et impartial…

 

Khadija Mohsen-Finan :

La question de la recherche d’une issue à ce conflit est confiée à l’ONU depuis 1991. Ce n’est donc pas au Maroc de gérer la question des droits de l’homme. Le Maroc ne peut pas être juge et partie dans ce conflit. Dire que la gestion des droits de l’homme au Sahara est gérée par le Conseil National des Droits de l’Homme, c’est rattacher le Sahara au Maroc, car le Conseil est bien « national » comme son nom l’indique. Si c’est le cas, alors il faut le dire, nous n’avons plus besoin de la MINURSO et le conflit n’a plus de raison d’être, il est réglé sans que nous le sachions. Mais ce n’est pas le cas, l’ONU n’ayant pas statué sur ce territoire.

De la part du Maroc, nous sommes une fois de plus dans la politique du fait accompli. Ce n’est pas une question d’efficacité ou d’inefficacité du CNDH, c’est qu’il n’a pas vocation à traiter du Sahara et des Sahraouis. Mais, le Secrétaire Général de l’ONU n’est pas clair là-dessus, il louvoie pour ménager Rabat, et ce manque de clarté contribue à l’inertie dans la recherche d’une issue au conflit. L’ONU en parle comme si c’était une question interne au Maroc et, ensuite, les représentants de l’ONU disent qu’ils ne peuvent pas travailler au Sahara car les Marocains se comportent comme chez eux. Il faudrait que l’ONU communique mieux et plus clairement pour que les gens comprennent les enjeux de ce conflit. Plus personne ne comprend les véritables enjeux de ce conflit. Le SG de l’ONU évoque la nécessité d’un « contrôle indépendant », cela signifie que ce n’est pas du ressort du Maroc, ce qui est vrai, mais il faut le dire plus clairement.

 

Beaucoup de Sahraouis

rejoignent une voie médiane

 

Nouvellesdusahara.fr :

Que pensez-vous du fait que le Front Polisario et ses amis focalisent autant les discussions autour du renouvellement du mandat de la MINURSO sur la question des droits de l’homme ?

Est-ce selon vous une stratégie intéressante ou est-ce désormais un échec, étant donné que sur ce terrain-là, le Maroc prend des décisions (création du CNDH, accueil de représentants de l’ONU et d’instances satellites, validation d’une loi pour interdire désormais le jugement de civils par des tribunaux militaires…) pour prouver sa bonne volonté, ce que louent très rapidement ses pays amis ?

 

Khadija Mohsen-Finan :

La partie adverse, c’est-à-dire le Front Polisario, a raison de mettre l’accent sur la question des droits de l’homme. C’est un déni de souveraineté à l’adresse du Maroc et, en plus, ils sont au diapason des revendications des Sahraouis qui manifestent dans le Sahara administré par le Maroc ou à Tindouf comme en mars 2011.

C’est aussi, pour le Front Polisario, une manière de récupérer les Sahraouis qui lui échappent de plus en plus sans reconnaître pour autant l’autorité de Rabat. Certains de ces Sahraouis rejoignent une voie médiane, celle de « khat el chahid », qui est un mouvement constitué de dissidents du Front Polisario installés en Espagne, ou militent simplement au niveau individuel. Ils rejoignent ainsi les soulèvements observés dans le monde arabe depuis 2011.

Par ailleurs, en mettant l’accent sur les droits de l’homme, les cadres du Front Polisario espèrent sensibiliser la communauté internationale et la mettre en accusation en la mettant devant ses responsabilités. On ne pourra plus dire que les instances internationales ne savent pas, elles agissent en connaissance de cause.

Le Maroc n’a pas à prouver sa bonne ou sa mauvaise volonté… Le problème c’est que la gestion des ressources et des hommes du Sahara n’est pas de son ressort, si c’était le cas pourquoi est-il question de débattre d’une éventuelle autonomie du Sahara sous souveraineté.

Cela complique considérablement les choses, car le Maroc ne peut négocier l’avenir d’un territoire qu’il considère déjà comme le sien, alors que la communauté internationale et le droit international ne lui en reconnaissent pas la propriété. En 2009, l’affaire Aminatou Haïdar a bien montré que l’affrontement et la négociation entre les protagonistes avaient changé de nature. Le Maroc n’est plus invité à combattre un groupe indépendantiste qui se nomme Front Polisario, mais des individus qui, au nom de leurs droits, refusent de voir leur identité diluée dans la nation marocaine. Si l’autonomie venait à être reconnue, ce serait différent car là, il s’agirait d’une reconnaissance de l’identité sahraouie justement.

 

La militante Aminatou Haidar a attiré l'attention des media internationaux en décembre 2009 lors de sa grève de la faim et a obligé le Maroc à revenir sur sa décision de lui retirer son passeport. Crédit ph. : http://www.flickr.com/photos/sahara/89507564/

La militante Aminatou Haidar a attiré l’attention des media internationaux en décembre 2009 lors de sa grève de la faim et a obligé le Maroc à revenir sur sa décision de lui retirer son passeport.
Crédit ph. : http://www.flickr.com/photos/sahara/89507564/

 

Nouvellesdusahara.fr :

On a l’impression que toute initiative qui pourrait faire bouger les lignes -on a parlé du mécanisme de surveillance, on pourrait parler encore de l’action de députés européens qui replaçaient l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc dans le cadre général du conflit- est systématiquement écartée grâce à un travail intense de lobbying du Maroc et aux poids qu’ont les relais puissants du royaume.

Dans ce contexte, pensez-vous que le conflit du Sahara occidental peut un jour prendre un nouveau tournant ? si oui, comment ?

 

Khadija Mohsen-Finan :

Le travail intense de lobbying marocain est certainement une réalité. De nombreux Marocains y contribuent, et le coût financier de ces opérations est très élevé. Toutefois, la classe politique marocaine considère qu’il est nécessaire dans la mesure où elle a lié le succès de son régime à l’affaire du Sahara.

Compte tenu de l’importance de ce dossier, certains acteurs économiques ou politiques œuvrent aussi dans ce sens pour se rapprocher du roi, écartant de ce fait d’autres acteurs ou institutions comme le gouvernement par exemple, ou les doublant. En ayant recours à de telles pratiques, ils marginalisent des institutions et des acteurs qui ont été élus. Ils mettent ainsi à mal l’ouverture politique qui a été amorcée par Hassan II à la fin des années 1990.

L’enjeu est donc doublement important, puisqu’il s’agit de faire pression sur les instances de décision et par ailleurs, ces pratiques entravent considérablement le fonctionnement politique. Sans compter que le procédé écarte complètement les sociétés civiles.

Cela n’est pas nouveau et le Maroc en a plutôt bénéficié sans toutefois réussir à vaincre l’adversaire, malgré la faiblesse du Front Polisario. Mais j’ai le sentiment que ce genre de pratique est décalée par rapport à la réalité. L’offre politique des deux protagonistes me semble anachronique. Elle est en parfait décalage par rapport aux demandes des Sahraouis et ne tient pas compte des évolutions du conflit. Ce fossé observé entre offre politique et revendication que l’on peut aisément qualifier de « citoyennes » contribue à l’immobilisme et rend toute négociation impossible.

 

 En appuyant telle ou telle partie,

les grandes puissances

contribuent à figer ce dossier

 

Maroc et Front Polisario continuent à penser le conflit comme dans les années 1970 ou 1980. Cela prouve bien que l’essentiel pour eux n’est pas de trouver une solution qui puisse satisfaire les Sahraouis, mais d’avoir raison contre l’adversaire et avec des positions qui s’excluent mutuellement.

Les puissances, grandes et moyennes ont une responsabilité dans cet immobilisme. En appuyant telle ou telle partie, elles contribuent à figer ce dossier. Or, si on veut contribuer à trouver une issue à ce conflit, il faut poser les bonnes questions, inciter les acteurs à proposer de vraies réponses ou offres politiques.

S’il s’agit d’autonomie, alors il faut veiller à ce que le contenu du plan marocain corresponde à une vraie autonomie. Mais dire que c’est une base de négociation ne veut rien dire puisque la discussion est impossible.

S’il s’agit d’une consultation référendaire, il faut alors s’interroger sur les questions à poser aux Sahraouis et à la définition du Sahraoui, ce qui est à mon avis la chose la plus complexe.

 

Wakkala à Dakhla, au Sahara occidental, un quartier où vivent beaucoup de Marocains venus s'installer tout au sud de ce territoire. O.Quarante

Wakkala à Dakhla, au Sahara occidental, un quartier où vivent beaucoup de Marocains venus s’installer tout au sud de ce territoire. O.Quarante

 

Nouvellesdusahara.fr :

Fin février, une crise diplomatique est survenue entre la France et le Maroc. Alors que le Quai d’Orsay a très vite qualifié d’ »incident regrettable » la convocation du directeur du contre-espionnage marocain de passage à Paris par une juge dans le cadre des plaintes déposées contre lui par des ressortissants marocains et un militant sahraoui, le gouvernement du Maroc a été jusqu’à suspendre les coopérations judiciaires entre les deux pays, une décision très importante étant donné les relations étroites entre français et marocains.

On peut avoir l’impression que le Maroc sur-réagit, en dramatisant beaucoup, en n’hésitant pas à forcer la porte, comme au lendemain de l’élection de François Hollande en mai 2012, en utilisant le moindre fait pour exercer une certaine pression sur son allié historique, surtout quand on approche d’échéances importantes.

Partagez-vous cette impression ? Est-ce un trait caractéristique de la diplomatie marocaine ?

 

Khadija Mohsen-Finan :

Je ne sais pas si nous devons en tirer pareille conclusion et dire que c’est une caractéristique de la diplomatie marocaine. Je pense que la « crise » maroco-française de février 2014, provoquée par la présentation du documentaire de Javier Bardem, est à situer dans un cadre plus large.

Je crois sincèrement que le « printemps arabe » a modifié la donne dans les relations entre Paris et Rabat. Pour les Français, même si c’est de l’ordre de l’implicite, il existait un « bon élève » au Sud de la Méditerranée et dans le monde arabe : c’était le Maroc, qui évoluait à petits pas vers la démocratie, avait opté pour une politique d’ouverture politique et avait exprimé la volonté de tourner le dos à la mauvaise gestion des droits de l’homme.

Tout cela a rapproché les deux pays. Mais cette appréciation a fait écran et les Français ne sont pas allés regarder ce qu’il y avait derrière cette belle image du Maroc. Ils n’ont pas vu qu’il y avait reflux au niveau des libertés, notamment celle de la presse et des médias, n’ont pas été curieux au niveau de l’objectif de l’Instance Equité et Réconciliation, une politique de pardon qui se faisait avec les seuls victimes et sans les bourreaux, n’ont pas été attentifs aux effets de la modification de la dernière constitution et de la supposée réorganisation des pouvoirs. Paris s’est contenté de la politique d’affichage que pratique avec aisance le Maroc.

 

Acculer son allié à se prononcer…

 

De plus, le « printemps arabe » fait voler en éclats ces normes construites. Il montre qu’il n’y a pas d’exception arabe et que la volonté de changement peut être définie par d’autres acteurs venant de la société civile, décidés à rompre avec la dictature et l’autoritarisme. Les sociétés civiles ont montré leur détermination à aller vers la citoyenneté et la démocratie. Le soubassement de la relation entre la France et le Maroc s’en trouve fragilisé et Rabat a manifesté une volonté d’avoir des assurances sur le soutien inconditionnel de son ami et allié français en l’acculant à faire des choix, à se prononcer, à sortir de sa réserve.

 

François Hollande et Mohamed VI lors de la visite du chef d'Etat français les 3 et 4 avril 2013. Photo : Présidence de la République française

François Hollande et Mohamed VI lors de la visite du chef d’Etat français les 3 et 4 avril 2013. Photo : Présidence de la République française

 

Nouvellesdusahara.fr :

Avec l’arrivée de François Hollande à l’Elysée voilà deux ans, certains avaient quelques espoirs de voir l’Etat changer son approche du conflit du Sahara occidental.

La nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon, dont on se souvient le courrier daté de mars 2011 qui utilisait des termes peu habituels dans le vocabulaire de la diplomatie française, était également un signe plutôt positif selon certains.

Comment analysez-vous l’approche et l’action françaises sur ce dossier depuis ?

Le discours de François Hollande à Rabat en avril 2013, parlant des efforts à accomplir pour aider les familles sahraouies séparées de chaque côté du mur, pouvait donner l’impression d’une certaine prise de distance par rapport aux formules consacrées, se bornant à dire tout le bien que la France pense de la proposition d’autonomie marocaine de 2007…

 

Khadija Mohsen-Finan :

L’arrivée de nouveaux chefs à la tête des Etats susceptibles d’influencer le cours des événements dans ce dossier saharien suscite toujours beaucoup d’espoir. Or, l’histoire de cette région montre que le changement d’hommes aux commandes n’implique pas de changement significatif sur le conflit. Cela est vrai de l’Algérie comme de la France.

En réalité, les politiques et les intérêts restent inchangés, mais chacun des chefs d’Etat y met les formes qui lui conviennent le mieux.

La politique saharienne de la France n’est pas différente. Paris appuie et encourage le plan d’autonomie marocain pour plusieurs raisons. La France souhaite certainement atténuer la puissance géopolitique algérienne. Elle veut aussi voir son allié marocain stabilisé et renforcé et redoute une déstabilisation du régime marocain. Mais dans le même temps, Paris a besoin de l’Algérie qui est son allié stratégique dans sa lutte contre AQMI.

Sa proximité géographique, culturelle et politique avec ces deux pays qui faisaient partie de son empire colonial en fait un acteur particulier souvent sollicité et facilement accusé d’hégémonie.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, la France n’a jamais véritablement pensé le conflit du Sahara de manière intrinsèque, mais toujours en lien avec la politique saharienne du Maroc et de l’Algérie, avec un parti pris pour le Maroc.

 

 

Pour aller plus loin : sélection chronologique de ressources

*Le CV de Mme Khadija Mohsen-Finan

*Participation en mai 2013 de Khadija Mohsen-Finan à une émission spéciale de RFI intitulée : « La peur d’une contagion du conflit malien peut-elle être bénéfique aux Sahraouis ? », en présence du journaliste Ignacio Cembrero et de l’historien Pierre Vermeren, et diffusée en deux épisodes : 1 et 2

*« L’exception marocaine » dans le contexte des soulèvements arabes, texte écrit en décembre 2011 par Khadija Mohsen-Finan

*Interview de Khadija Mohsen-Finan sur RFI le 8 novembre 2010, quelques heures avant le démantèlement du camp de Gdeim Izik par les forces de l’ordre marocaines

*« Inextricable, le conflit du Sahara occidental rebondit », article écrit par Khadija Mohsen-Finan et paru dans Le Monde diplomatique en Janvier 2006

*« Le Sahara occidental, le maintien du statu quo », texte de Khadija Mohsen-Finan publié en mai 2004

*« Le règlement du Sahara occidental – A l’épreuve de la nouvelle donne régionale », long texte paru en 1999 dans le N°176 de la revue Politique africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *